L’hiver est une saison de sommeil pour la nature et devrait l’être pour nous… Selon la Médecine Traditionnelle Chinoise, l’hiver est la saison du méridien du Rein, siège de notre énergie vitale. Nous devrions donc profiter de cette saison pour nous reposer, prendre soin de nous et refaire le plein d’énergie pour repartir du bon pied au printemps.  C’est aussi une période durant laquelle il fait froid, humide et durant laquelle on a tendance à se réfugier dans les aliments réconfortants et riches (raclettes, tartiflettes, pot-au-feu,…) et dans les excès d’alcool et de sucres avec les fêtes. Bref, une saison pleine de contradictions et de tentations, non ?

Étant plutôt sportive, je me suis toujours demandée comment aborder au mieux cette période  pour limiter (voire éviter !) de prendre du poids et rester au top durant les entrainements. Je vous partage mes astuces dans cet article 😉

ASTUCE N°1 : J’ÉCOUTE LES BESOINS DE MON CORPS ET J’ADOPTE UNE ALIMENTATION RECONFORTANTE

alimentation-hiver-soupeEntre décembre et mars, les températures baissent, nous avons envie de plats qui réchauffent. Par contre, à moins de vous entrainer régulièrement en extérieur, il n’est pas nécessaire d’augmenter ses apports caloriques par rapport au reste de l’année. Donc mieux vaut favoriser les soupes de légumes, les bouillons de poule, les plats mijotés à base de légumes et les boissons chaudes (thé vert ou blanc, tisanes,…allez avec un petit vin chaud de temps en temps 😉 ).

La médecine traditionnelle chinoise nous encourage également à consommer les aliments suivants qui viennent nourrir l’énergie du rein. Je n’ai sélectionné que ceux de saison et disponibles chez nous :

-les  légumineuses dans leur ensemble : soja (plutôt fermenté et pas plus de 2-3 fois/semaine,…nous ne sommes pas des asiatiques, ne l’oublions pas), des lentilles, des pois cassés, des pois chiches, des fèves, des haricots, notamment les haricots azukis

-les légumes racines : carottes, panais, betteraves, pommes de terre, patates douce, celeris, navets,…

-les céréales dites ‘réchauffantes’ : le sarrasin, le seigle et l’avoine 

-les fruits et fruits à coque comme le sésame, les châtaignes, les pignons de pin, les noix, les pommes et les poires

-les fruits de mer, notamment les crevettes, les huitres (à rajouter sur la table des fêtes si vous aimez ça), les coquillages, mais aussi les algues (en tartare, sur un toast, c’est un délice. Je vous recommande, à titre personnel ceux des marques Bord à Bord ou Marinoe ? mes petits coups de cœur du moment !)

Et pour cuisiner le tout, optez pour des épices aux saveurs chaudes comme la cannelle, la cardamome, le curry, le paprika, les épices pour pain d’épices, le poivre, le gingembre, le piment et la sauce soja (ou la sauce tamari pour les intolérants au gluten).

ASTUCE N°2 : JE ME FAIS PLAISIR PENDANT LES FETES…TOUT EN GARDANT LE CONTRÔLE

bien-manger-pendant-les-fetesIl n’est jamais bon de se priver et de créer des frustrations, MEME quand on fait attention à son poids (que l’on soit au régime ou que l’on pratique des sports ou la silhouette est importante, comme la danse ou la gymnastique). Il serait de plus dommage de ne pas profiter un peu des fêtes de fin d’année, non ? !

Si vous voulez néanmoins garder le contrôle, voici quelques astuces :

1-Limiter l’alcool. L’alcool est 2 fois plus calorique que le sucre et il a tendance à venir se stocker assez rapidement autour du ventre… Alors on se méfie. Les personnes ayant un foie un peu fragiles (=>vous vous réveillez vers 3-4h du matin,  vous vous sentez fatigué(e) après le repas, vous digérez mal le gras ou encore vous êtes très sensibles au odeurs ? C’est votre foie qui est à la peine…) devront être encore plus vigilantes, d’autant plus qu’elles tolèrent généralement assez mal l’alcool. Donc limitez-vous  à 1 seul verre d’alcool à l’apéritif et plutôt du vin rouge à table.

2-Evitez les toasts ou les bouchées apéritives à base de pâte feuilletée. Optez pour les brochettes de légumes ou à base de fruits de mers (si vous aimez) ou les petites verrines.

3-En accompagnement, servez-vous plutôt une bonne part de légumes avec quelques pommes de terre, plutôt que l’inverse…

4- En dessert, préférez les bûches glacées ou celles à base de mousse de fruit. Tout aussi gourmandes mais plus légères que les bûches traditionnelles à la crème au beurre que vous allez mettre 3h à digérer…

Enfin, le lendemain d’un gros repas en famille, pensez à manger léger et simple : bouillons de légumes, légumes vapeurs, accompagnés de légumineuses ou éventuellement d’un peu de blanc de volaille ou de poisson blanc. Cela permettra de compenser les écarts. Et n’oubliez pas de sortir, de marcher voire d’aller courir un peu pour les plus courageux…

ASTUCE N°3 : JE FAIS LE PLEIN D’ALIMENTS QUI BOOSTENT MON IMMUNITÉ

porridge-immunitéPour résister aux microbes et virus de l’hiver et faire en sorte que grippe et gastro vous épargnent, cela passe par une alimentation adaptée. Rien ne sert de foncer à la pharmacie vous acheter des compléments alimentaire si la base (=le contenu de votre assiette) n’est pas assurée. C’est comme construire une maison sans bâtir les fondations…

Commencez déjà par consommer chaque jour plusieurs fruits et légumes riches en vitamine C : kiwi, légumes verts à feuilles (épinards, cresson, blettes) mais aussi persil frais, feuilles de coriandre ou encore un peu d’oranges, mandarines ou citron (la MTC les classe plutôt dans les aliments ‘froids’ donc à limiter en hiver, ce qui peut sembler étonnant!).

Ensuite, ajoutez des céréales complètes (ou produits à base de céréales complètes) bio, des fruits de mer, des fruits à coque pour faire le plein de zinc.

N’oubliez pas non plus de mettre des bonne graisses dans votre alimentation sous forme d’huile d’olive, de colza mais aussi des poissons gras (sardine, maquereau, truite, saumon) pour faire le plein de vitamine D. Celle-ci étant également synthétisée au niveau de la peau, essayez de vous exposer un peu au soleil (OK, il est rare en cette saison et on est souvent couvert, mais faites au mieux). Sinon, la prise journalière de vitamine D au format gouttes (sur base huileuse) permettra de compenser.

Enfin, pensez aux aliments riches en bactéries probiotiques qui vont venir booster vos défenses immunitaires de l’intérieur : yaourts (au lait de chèvre, de brebis ou végétaux), les fromages, le kombucha, le kéfir, la sauce soja ou la sauce nuoc-mam, le tofu lactofermenté, les légumes lactofermentés crus (le plus connu étant la choucroute).

Mon dernier coup de coeur pour se booster en hiver et combattre les microbes en tout genre: vive le pollen ou la gelée royale (si vous n’avez pas d’allergie aux pollens!). D’origine France et crus (pollen à acheter au rayon frais), ce sont vos alliés santé de l’hiver.

Pour plus de détails sur les aliments et les compléments alimentaires permettant de booster votre immunité, vous pouvez lire cet article.

RECOMMANDATIONS POUR ÉVITER LES BLESSURES ET OPTIMISER SES PERFORMANCES EN ENTRAINEMENT

sport-hiverLa première chose est de bien penser à vous hydrater. On a l’impression qu’avec le froid on ne transpire pas et donc qu’on n’a pas besoin de boire. C’est faux. Si vous pratiquez votre sport en extérieur, vous transpirez tout de même et donc vous devez penser à boire régulièrement. Pour les personnes qui pratiquent en intérieur, souvent dans des studios surchauffés, il est également important de boire pour ne pas se déshydrater et permettre une bonne évacuation des déchets (ceux produits durant l’effort). C’est bon pour les muscles, les articulations et les tendons !

Ensuite, et cela n’a rien à voir avec l’alimentation, pensez à vous couvrir suffisamment et à allonger les phases d’échauffement et d’étirement. Même si on s’entraine en intérieur, les tendons et muscles ont tendance à être plus raides en cette saison. Les couvrir suffisamment et prendre un soin particulier à s’échauffer permettront d’éviter les claquages et les blessures en général.  Accumulez les couches que vous enlèverez au fur-et-à-mesure du cours lorsque vous vous réchaufferez. Pensez également aux extrémités qui peuvent être moins bien irrigués par le sang et donc être particulièrement sensibles au froid.

Par ailleurs, lorsqu’on est dehors, on a tendance à se recroqueviller sur nous même, à rentrer la tête dans les épaules, pour garder la chaleur. Il est donc nécessaire de passer davantage de temps à s’étirer, en fin de cours/d’entrainement ou entre-deux, pour compenser ce phénomène.

 

Nous arrivons à la fin de cet article. J’espère qu’il vous sera utile. Vous aurez surement remarqué les références à la médecine traditionnelle chinoise. Je ne suis pas une experte dans ce domaine, je trouve juste qu’on y trouve une certaine sagesse et surtout que cela nous enseigne à nous reconnecter à nous-même et à notre nature profonde. C’est donc pour moi un complément utile à ma pratique, dont je me sers même au travers de certaines analyses que je recommande à mes patients. Tous ces outils ont un seul objectif : celui de vous aider à atteindre un mieux-être à travers une prise en charge globale faisant intervenir la nutrition,  la phytothérapie et la micronutrition mais aussi le rééquilibrage des énergies vitales (ou j’agis souvent en collaboration avec des énergéticiens ou des praticiens en shiatsu).

Est-ce que cette approche vous parle et vous intéresse ?