Les douleurs articulaires ou encore les tendinites du sportif (ou du moins sportif !) peuvent avoir différentes causes. Si la cause physique a été écartée par un bon ostéo ou une imagerie médicale (problème postural ou ‘blocage’), alors la cause est surement alimentaire. Le déséquilibre acido-basique est l’une d’elles….Lisez la suite pour en savoir plus 😉

 

L’EQUILIBRE ACIDO-BASIQUE : QU’EST-CE QUE C’EST ?

QUELQUES EXPLICATIONS DE BASE POUR COMPRENDRE

Si vous vous souvenez un peu de vos cours de collège et lycée (je sais, c’est loin, mais ça va vous revenir 😉  ), alors vous savez que tout liquide se caractérise par un pH. Un pH neutre est de l’ordre de 7, au-dessus on dit qu’on est dans un milieu alcalin ou basique, en dessous on parle de milieu acide. Notre corps étant constitué de 55 à 60% d’eau, tous nos tissus et les liquides qui les entourent (sang, lymphe…) ont un pH qui leur est propre.  

Tout aliment contient des minéraux, des oligoéléments ou autres molécules qui, lorsqu’ils sont absorbés et digérés, vont entraîner une modification du pH intra-cellulaire.

Nos cellules, nos tissus, notre sang doivent rester dans une zone de pH très limité pour un fonctionnement et une santé optimale.  Le corps a donc mis en place tout une série de processus pour maintenir cet équilibre. C’est ce qu’on appelle l’équilibre acido-basique. 

COMMENT LE CORPS GERE-T-IL CET ÉQUILIBRE ?

Le corps va neutraliser les charges acides libérées par les aliments grâce à des molécules tampons (bicarbonates, citrates…), puis les éliminer via les poumons ou via les reins, dans les urines. Tout ce bon fonctionnement est conditionné par la présence suffisante de ces ‘molécules tampons’ et par une présence modérée de ces charges acides.

LE PROBLÈME ACTUEL : UNE ALIMENTATION TROP ACIDIFIANTE

ALIMENTS ACIDIFIANTS ET ALCALINISANTS

 

Tous les aliments que l’on ingère donnent naissance dans le sang et dans le liquide extracellulaire à des acides et des bases. On distingue :

  • Les aliments acidifiants ou « producteurs d’acides ». Ils génèrent plus d’acides que de bases. Il s’agit essentiellement des protéines (viande, poisson, œufs, laitages, mais aussi légumineuses). Leur métabolisme conduit à des acides forts comme l’acide chlorhydrique, l’acide sulfurique, l’acide phosphorique ou encore l’acide urique … Les céréales sont aussi productrices d’acides. Le chlorure de sodium (le sel de table) également car il conduit à la formation d’acide chlorhydrique.
  • Les aliments basifiants ou alcalinisants génèrent plus de bases que d’acides. Il s’agit essentiellement des fruits et légumes.
  • Les aliments neutres n’ont aucune influence sur l’équilibre acide-base. Il s’agit par exemple des huiles et des sucres raffinés.

Attention ‘acide’ ne veut pas dire ‘acidifiant’. Ce n’est pas parce qu’un aliment a un goût acide (qu’il sera acidifiant. Ainsi le citron est un aliment plutôt alcalinisant grâce à sa forte teneur en minéraux et en citrates. A l’inverse, la viande qui n’a pas un gout acide aura par contre un effet très acidifiant (à cause de présence d’acides aminés soufrés).

Les scientifiques ont calculé un indice, appelé indice PRAL, qui permet de quantifier le potentiel alcalin ou acidifiant d’un aliment. Vous trouverez un tableau relativement complet avec les indices PRAL des aliments les plus courants ici.

QUELS SONT LES EFFETS D’UNE ALIMENTATION TROP ACIDIFIANTE ?

Un organisme confronté longtemps  à un excès de charges acides va devoir aller piocher dans ses réserves, à savoir les os, en prélevant les sels de calcium et de magnésium. Une alimentation acidifiante va, à long terme, favoriser l’ostéoporose.  Le calcium ainsi déstocké des os sera ensuite éliminé par les reins, pouvant déclencher l’apparition de calculs rénaux. Enfin, et c’est LE point qui nous intéresse aujourd’hui, l’accumulation de ces sels calciques peut également se faire au niveau des articulations ou des tendons, générant ainsi douleurs articulaires, tendinites, etc…

COMMENT  OPTIMISER SON ÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE ?

Je dirais qu’il suffit de respecter les 5 points suivants :

  1. Limiter l’ajout de sel (chlorure de sodium) dans vos plats et la consommation d’aliments riches en sel : fromages à pâte dure (parmesan…), charcuterie, plats réparés, pain
  2. Consommer au minimum 5 portions de fruits et légumes par jour. Ces aliments riches en calcium, magnésium et citrates vous aideront à équilibrer la consommation de protéines et de céréales. Pour vous y aider, je vous ai rédigé un e-book de recettes gourmandes à base de légumes 😉
  3. Préférer la cuisson des légumes au wok ou à la vapeur plutôt que bouillis dans l’eau (les minéraux partent dans l’eau de cuisson), hormis pour les soupes bien sûr.
  4. Boire au minimum 1,5 litres d’eau / jouen privilégiant les eaux minérales et les eaux gazeuses riches en bicarbonates mais pauvres en Sodium (Arvie, Quezac, Salvetat par exemple). Bannissez le cola (light ou non) ! Pour les sportifs, il faut boire au moins 500mL/h de pratique en plus des 1,5L recommandés (à adapter bien sûr en fonction de la température et de votre volume de transpiration)
  5. Apprenez à gérer votre stress ! Et oui, il semblerait qu’un stress chronique accentue l’acification des tissus. Si vous n’avez pas encore trouvé votre méthode anti-stress, alors lisez cet article qui pourra vous y aider

 

Si malgré ces conseils vous n’arrivez pas à venir à bout de vos tendinites ou douleurs articulaires et que votre ostéopathe préféré (ou une imagerie) ne voit aucune anomalie physique, alors consultez-moi pour un bilan plus approfondi et une approche nutritionnelle personnalisée.

 

Sources:

-cours de micronutrition Anthony BERTHOU, médecin nutritionniste

-site https://www.lanutrition.fr