Si vous avez des troubles digestifs ou  des douleurs de ventre (communément appelé ‘colites’), vous avez surement dû vous entendre dire que c’était « dans votre tête », qu’il fallait se déstresser et que cela irait mieux.  Moi, c’était le genre de chose qui me mettait hors de moi car je savais qu’il y avait autre chose derrière mes soucis et douleurs. Et j’avais raison…mais pas entièrement. Car oui, il faut se rendre à l’évidence : il y a bien un fort impact de notre état nerveux sur notre digestion. On entend aussi souvent dire que l’intestin est notre 2e cerveau et donc on imagine que l’impact de notre stress se concentre à ce niveau. Malheureusement, rien n’est moins vrai, là encore.

Après un petit tour d’horizon sur  les liens entre le stress et les différents troubles digestifs pouvant en résulter, je vous mettrais une petite surprise pour aller vers plus de zénitude et de confort digestif 😉

PETIT APARTÉ: ÊTRE STRESSÉ, CA VEUT DIRE QUOI?

stressCe mot ‘stress’ est utilisé à  toutes les sauces et peu perdre un peu de son sens. Nous sommes soumis à des facteurs de stress au quotidien. Ceux-ci peuvent être externes ( les infos anxiogènes, le manque de temps et la course contre la montre, un patron ou un conjoint toxique, un enfant malade…) ou interne (je suis perfectionniste et je me met la pression pour que tout soit parfait, je m’inquiète sur l’avenir,…). Si nous n’y prenons pas garde et que nous nous n’arrivons pas à lâcher-prise, cela nous épuise au quotidien.  Dès que nous réagissons sous le coup du stress, c’est une bonne partie de notre système hormonal et nerveux qui s’active et qui vient impacter le fonctionnement de notre organisme. Selon notre vécu, notre ‘nature’, nous aurons une capacité plus ou moins importante à lâcher prise ou au contraire à nous énerver pour un rien. Et parfois, ce sont tous ces petits riens qui créent cet état de stress chronique. Il n’y a donc pas de grand ou de petit stress, il y a surtout la façon dont nous choisissons d’y réagir… 

GASTRITE, GASTROPARESIE, REFLUX : COMMENT LE STRESS INFLUE SUR L’ESTOMAC

gastrite et reflux

Le rôle de l’estomac au niveau digestif est double : réaliser un malaxage des aliments et assurer une digestion chimique par sécrétion d’acide chlorhydrique et d’enzymes (la pepsine). La sécrétion d’acide aide à la digestion, les enzymes digestives travaillant à un pH bien défini. Cela active aussi les sécrétions enzymatiques du pancréas et du foie et déclenche la vidange gastrique.

Le stress va d’abord agir au niveau mécanique : l’estomac se contracte en moyenne 3 fois moins souvent lorsqu’on est anxieux, en colère ou stressé. La vidange gastrique est également ralentie, donc la digestion se prolonge…ce qui entraine souvent des fermentations voire du reflux. On parlera de gastroparésie.

Ensuite le stress joue sur les sécrétions de l’estomac. Là, cela peut dépendre des gens et de la chronicité du stress. Chez certains, le stress entrainera un excès de sécrétion d’acide chlorhydrique qui peut remonter dans l’œsophage (reflux acide). Chez d’autres, cela peut se traduire au contraire par une moindre sécrétion d’acide, en lien avec la sous-activation du nerf vague. On parle alors d’hypochlorhydrie. Cette dernière peut aussi être à l’origine de reflux à cause d’une digestion moins efficace et d’une vidange retardée de l’estomac.

Enfin, sous l’action répétée et élevée des hormones du stress (cortisol, adrénaline) mais aussi de gastrine, on peut observer une érosion du mucus qui protège la paroi interne de l’estomac. Cela se traduit par une gastrite puis par des ulcères, si cela persiste.

Si les IPP (inhibiteurs de pompe à proton) sont souvent utilisés ici, il faut savoir que plusieurs plantes ou actifs naturels peuvent aider l’estomac à cicatriser : la réglisse, la mélisse, le zinc-carnosine, la L-glutamine,mélatonine chacun agira à son niveau mais aucun ne suffira si vous n’agissez pas en parallèle sur la cause première : le stress.

NB : il existe d’autres raison que le stress à l’apparition de gastrites ou de reflux (hypersensibilités alimentaires, réaction auto-immune, présence de H. Pylori, intolérance à l’histamine notamment).

 

LE STRESS CRÉE AUSSI DYSFONCTIONNEMENTS DU FOIE ET DU PANCRÉAS

En médecine traditionnelle chinoise, le foie est le « bouclier du stress ». Un stress chronique peut donc bloquer son énergie, entrainant derrière des dysfonctionnements physiques.

Le nerf vague innerve également la vésicule biliaire, régulant ainsi sa contraction et donc l’excrétion de bile, et le pancréas. Selon le niveau de stress, aigu ou chronique, on aura donc des modifications des sécrétions de bile et de sucs pancréatiques : soit augmentées, ce qui peut déclencher des diarrhées ou des reflux de bile dans l’estomac, soit diminuées, ce qui altère la digestion et crée ballonnements et/ou constipation.

LES CONSEQUENCES DU STRESS SUR NOTRE 2E CERVEAU

Les impacts de notre état émotionnel sur notre intestin sont nombreux et variés. Tout le monde ne sera pas affecté de la même manière.

LE STRESS JOUE SUR VOTRE TRANSIT

Le stress va avoir tendance à ralentir la motilité du grêle. A terme,cela peut conduire à une pullulation bactérienne à ce niveau (SIBO). A l’inverse, il aura tendance à accélérer la vidange du colon. Si vous avez l’habitude d’avoir la diarrhée lorsque vous êtes en période d’examen ou suite à une gosse contrariété, voici l’explication… Par contre les personnes plutôt anxieuses de manière chronique auront plus tendance à la constipation.

LE STRESS MODIFIE LA FLORE INTESTINALE ET AUGMENTE LA PERMEABILITE ET L’INFLAMMATION INTESTINALES

Des travaux de recherche ont démontré que chez les souris soumises à un stress, la flore intestinale diminue en qualité et diversité et que l’on note une émergence de bactéries potentiellement agressives comme notamment certaines souches de Clostridium ou Candida Albicans. Cette modification de flore, associée à une élévation de l’inflammation locale, augmente la perméabilité intestinale (« intestin poreux »). C’est la porte ouverte au passage de toxines dans le sang et l’apparition d’hypersensibilités alimentaires …tout cela entrainant également une augmentation de l’inflammation ! C’est donc le serpent qui se mord la queue.

En se propageant, cette inflammation peut déclencher une hypersensibilité digestive se traduisant par des douleurs plus importantes lorsque des aliments riches en fibres irritantes (céréales complètes, oléagineux,…) sont ingérés ou lorsque des gaz sont libérés sous l’action de fermentations bactériennes, donc de consommation d’aliments riches en FODMAP. Il peut également y avoir des spasmes ou des douleurs aiguës (colites). On parlera d’intestin irritable.

Les études montrent par ailleurs que les personnes qui ont subi des violences ou un stress émotionnel fort dans l’enfance, voire à la naissance, sont plus sensibles au stress environnant que les autres. Elles sont également plus susceptibles de développer cette hyper-sensibilité viscérale…

PETIT BONUS : AMÉLIOREZ VOTRE DIGESTION ET APAISEZ VOTRE STRESS GRACE A LA COHÉRENCE CARDIAQUE !

Voici une petite vidéo qui vous aidera a poser dès aujourd’hui la première pierre de vos nouvelles fondations. En pratiquant au quotidien la respiration en cohérence cardiaque, vous aiderez votre corps à mieux réagir face au stress. Cela activera également votre nerf vague pour relancer une digestion fluide :

 

J’espère que ce nouvel article vous aura plu. C’est vrai que j’ai évoqué ce sujet du stress à plusieurs reprises. Je vois cependant tellement d’impact de ce satané état de stress chez mes patientes, que j’ai vraiment à cœur de vous sensibiliser à ses impacts. Je pense aussi qu’en comprenant mieux les causes sous-jacentes d’un souci de santé, on a la possibilité de mieux agir dessus.  J’ai en effet perdu de précieuses années à ne vouloir m’occuper de mes problèmes de santé seulement en ciblant mon alimentation et en prenant des compléments. J’en oubliais un cofacteur de choc : mon stress. Pour moi j’étais stressée de nature. Ce n’était pas un problème en soi, vu que cela faisait 35 ans que je vivais comme ça ! Grosse erreur…  Déjà , ce n’est pas parce qu’on a longtemps vécu d’une certaine façon que cela n’abime pas notre organisme de manière imperceptible. Ensuite, ce n’est pas non plus parce qu’on est stressée de nature que l’on ne peut rien faire pour arranger ça !

Et toi, as-tu l’impression que ton état émotionnel impacte ta digestion ?

 

Source : S. sandberg-Lewis, ND, DHANP – Functionnal Gastroenterology – Assessing and addressing the causes of functional gastrointestinal disorders – 2n edition, 2017