J’ai eu le plaisir de réaliser une conférence sur ce sujet qui me tient à coeur lors du Salon des Médecines Douces à Lyon en février dernier. n’ayant pu filmer cette conférence dans de bonnes conditions, et parce que vous étiez plusieurs à regretter n’avoir pu venir y assister, je vous ai fait un condensé de ma présentation ce jour-là.

LES HYPERSENSIBILITÉS OU INTOLÉRANCES ALIMENTAIRES: BIEN RÉELLES ET ÉTROITEMENT LIÉES A NOTRE ÉTAT ÉMOTIONNEL

Les hypersensibilités alimentaires ont souvent des symptômes assez divers, pouvant être éloignés de la sphère digestive et donc difficile à relier à une réalité intestinale. En conséquence, de nombreuses personnes atteintes d’hypersensibilités alimentaires (au gluten aux protéines de lit, aux oeufs ou à tout autre protéine alimentaire) se retrouvent en errance médicale et s’entendent régulièrement dire que c’est dans leur tête… Pour l’avoir vécu en 2014, je peux vous assurer que c’est terriblement frustrant et rageant! On est sûr que c’est un problème bien réel et qu’il est lié à ce que l’on mange et s’entendre dire que « c’est dans notre tête » revient à se faire considérer comme quelqu’un qui est déséquilibré mentalement (ce n’est peut-être pas le message derrière, mais c’est en tout cas ce qu’on fini par entendre!).

Par contre, après plusieurs années à creuser le sujet, tant pour moi-même (on a identifié de nombreuses intolérances alimentaires chez moi) que pour mes patients, j’ai bien dû me rendre à l’évidence: il y a tout de  même souvent une composante émotionnelle forte (stress) à ces pathologies!

De ce fait, je me rend compte qu’il est souvent nécessaire d’agir à la fois sur le mental et sur l’écosystème intestinal. Une prise en charge holistique est donc la clé.

.

Et vous, est-ce que le sujet de cette vidéo vous parle?