Les matières grasses, ou lipides, sont souvent accusées d’êtes responsables de faire grossir ou de causer des problèmes cardio-vasculaires. On a donc souvent tendance à vouloir les limiter voire les éliminer totalement…ce qui est une erreur!  Regardons ensemble pourquoi et surtout les bons gestes à avoir.

RAISON N°1 : TOUTES LES MATIERES GRASSES NE SONT PAS EQUIVALENTES

Il existe en effet différents types de matières grasses (ou lipides) et si certaines sont effectivement à limiter au maximum, d’autres au contraire sont plutôt bénéfiques.

Comment s’y retrouver ?

etiquette margarineRegardez par exemple l’étiquette d’une barquette de margarine. On y trouve 3 catégories de matières grasses.

  1. les acides gras saturés : on en consomme en général suffisamment, il faut donc plutôt les limiter (mais pas les éliminer totalement). Les acides gras saturés sont associés à la formation de cholestérol. Ils sont faciles à reconnaître : ils sont solides à température ambiante. Ils se trouvent dans le beurre, les margarines, la charcuterie, les fromages, l’huile de palme, l’huile de coco, etc.
  2. Les acides gras mono-insaturés : Ils contribueraient à diminuer le «mauvais» cholestérol sans diminuer le « bon » cholestérol. On va les trouver dans l’huile d’olive, l’huile d’arachide, l’huile de colza, l’avocat….
  3. Les acides gras polyinsaturés (on y trouve les fameux omega-3 et oméga-6) : ce sont des acides-gras essentiels car notre organisme ne peut pas les fabriquer (à l’inverse des mono-insaturés). Les oméga-3 ainsi que les oméga-6 d’origine végétale sont également très bénéfiques pour notre santé (santé cardiovasculaire, beauté de la peau, bien-être en général…).  Malheureusement on a tendance à ne pas en consommer suffisamment, surtout les oméga-3. On trouve les oméga-6 végétaux dans l’huile de lin, l’huile de colza, les amandes (donc dans les barres Natur’Move), les noix, les graines de chia ou de chanvre. Ces huiles ne supportent pas la chaleur et doivent être stockées au frais. Les oméga-3 se trouvent dans les poissons gras comme le saumon, le maquereau, le hareng, les sardines.
  4. Les acides gras ‘trans’ : ceux-là sont à mettre sur la liste rouge…Ils sont directement responsables de l’augmentation du mauvais cholestérol et de risques de maladies cardiovasculaires. Le principal procédé à l’origine des acides gras trans est l’hydrogénation partielle des huiles. Cette technologie permet aux industriels de solidifier les huiles végétales pour pouvoir plus facilement les utiliser dans la recette des biscuits, cookies, viennoiseries… D’autres procédés industriels, comme la désodorisation des huiles ou leur cuisson à haute température, sont également générateurs d’acides gras trans. Bref, vous l’aurez compris, ces matières grasses se trouvent essentiellement dans certains produits industriels.

 

RAISON N°2 : LES ACIDES GRAS JOUENT DE MULTIPLES RÔLES

Contrairement à ce que vous pouvez penser, les matières grasses (surtout les insaturées) sont essentielles au bon fonctionnement de notre corps.

Le premier rôle des lipides n’est pas d’augmenter la taille de nos poignés d’amour mais de fournir de l’énergie à l’organisme ! Et oui, les acides gras sont une forme de stockage de l’énergie. Ils seront notamment utilisés lors de sports d’endurance (activité continue pendant au moins 20 minutes). Les acides gras entrent également dans la constitution des structures membranaires des cellules (système nerveux, peau,…).

fun-20008_640 smallAstuce : Si vous voulez une belle peau (surtout quand vous dépassez la barre des 30 ans…), pensez à consommer suffisamment d’acides gras poly-insaturés, par exemple en utilisant de l’huile de lin vierge (ou d’onagre ou de bourrache) dans vos vinaigrettes ou en assaisonnement de vos légumes (ne pas la faire cuire !).

 

Les acides gras sont aussi nécessaires à la bonne absorption des vitamines liposolubles (A, D, E, K) ainsi qu’au bon fonctionnement de vos neurones. Voilà pourquoi il est recommandé de manger du poisson gras (saumon, thon…) avant une période d’examen. 😉

Enfin, les oméga-3 (EPA, DHA que l’on ne trouve que dans les poissons gras ou le krill marin) jouent un rôle majeur dans l’inflammation cellulaire (inflammation de bas grade…je vous en parlerais dans un futur article) et dans le bon fonctionnement de notre organisme en général.

Pour conclure tout ça, sachez qu’il est recommandé de consommer 28 à 38% de nos apports caloriques sous forme de lipides. Cela représente en moyenne 65g/jour pour une femme et 87g/jour pour un homme. Et surtout, plutôt que de vous focaliser sur la QUANTITE, si vous pensiez plutôt à la QUALITE des lipides que vous ingérez ?