Le 25 octobre dernier, lors de la dernière représentation du ballet Le Corsaire au théâtre du Capitole de Toulouse, j’ai eu le privilège de rencontrer  la très talentueuse Julie Charlet, une des 2 premières solistes du Ballet. Pour ma première interview, j’ai été séduite par la bonne humeur, la gentillesse et la simplicité de Julie. Vous vous en doutez surement, notre échange a porté sur les 2 sujets fétiches de Natur’Move : la danse …et la nutrition !

 

photo-julie-charlet-david-herrero Est-ce que tu peux nous parler de toi et de ton parcours ?  Comment es-tu arrivée au ballet du Capitole ? 

J’ai commencé au conservatoire de Rouen puis à l’Ecole Nationale Supérieure de Danse de Marseille. Juste après mon bac, j’ai réussi à avoir un contrat au Northern Ballet, à Leeds (Angleterre) après avoir passé plusieurs auditions. J’y suis restée 10ans puis j’ai eu envie d’évoluer, de voir autre chose et de revenir en France. J’ai donc envoyé mon CV à plusieurs compagnies …et j’ai été acceptée au Ballet du Capitole.

Est-ce que tu aurais des conseils à donner aux jeunes danseuses qui veulent faire de la danse leur métier ?

Il existe assez peu de formations pré-professionnelles en France et c’est vrai que l’étranger est assez attractif pour ça, notamment l’Angleterre ou l’Allemagne pour la danse classique.  La difficulté est que de nombreuses danseuses ne sont pas assez entrainées pendant leur formation (conservatoire ou écoles privées) ce qui est dommage. Mais il faut qu’elles trouvent du temps pour passer un maximum d’auditions dès qu’elles le peuvent (l’année du bac, étant le mieux…mais pas le plus simple !). Et bien sûr, le plus important est de prendre du PLAISIR à tout instant !

Parlons un peu de nutrition : est-ce que vous êtes suivi par un nutritionniste/diététicien au Ballet du Capitole ?

Non, pas du tout ! En Angleterre, c’était différent. On était suivi par un kiné, un nutritionniste, etc… mais pas en France. Cela commence un peu à l’Opéra de Paris, mais pas encore dans les autres ballets.  Le système anglais considère le danseur comme un sportif à part entière. En France, il est considéré  comme un artiste… On doit donc se débrouiller par nous-même, ce qui est dommage.

Quel est ton rapport à l’alimentation ? Est-ce que tu fais particulièrement attention à ce que tu manges ?

L’image du danseur évolue, on ne nous demande plus d’avoir un poids trop strict. Moi j’ai la chance de ne pas grossir facilement, ce qui est pratique car je n’ai pas besoin de me priver ! Je n’ai pas un régime exactement végétarien, je mange parfois de la viande, mais je consomme beaucoup de protéines végétales, de graines,…

Est-ce que tu suis un régime particulier dans les périodes de spectacle ou les répétitions sont plus intenses ?

Non mais pendant ces périodes il est très difficile de manger à heure fixe ! Le repas du midi est parfois pris à 17h…Et les pauses sont courtes, on a donc peu de temps pour manger. IL arrive que certaines danseuses ne mangent pas de la journée par manque de temps ! Mais  j’essaye de conserver de vrais repas car il faut de l’énergie pour tenir sur scène. Ce qui me manque le plus pendant ces périodes, c’est de prendre un snack en cours de journée (quelques chose de pratique à grignoter entre deux repas souvent très éloignés).

Et pour finir : Quel est ton plat préféré ?

Le fromage ! J’adore ça !

 

Le mot de la fin : j’espère que cette ‘interview’ sera aussi instructive pour vous qu’elle l’a été pour moi. Cela me confirme dans le fait que, chez Natur’Move,  les danseurs sont considérés comme des athlètes à part-entière. C’est en partie pour eux que nos barres ont été pensées, pour leur  apporter un en-cas sain, équilibré et source d’énergie avant un cours ou  une répétition, mais aussi un produit nutritionnel  adapté à leurs besoins!

 

Crédit photo : David Herrero