En cette période un peu trouble, le stress et l’anxiété sont omniprésents et il est difficile d’arriver à rester zen et détendu. Pourtant, ce fameux stress pourrait être à l’origine, ou au moins fortement lié, à vos problèmes digestifs. Avoir “l’estomac noué”, “la peur au ventre”, “avoir du mal à digérer une expérience”, beaucoup d’expressions traduisent le lien entre le cerveau et le système digestif…Plus précisément à quels niveaux agit-il ? Comment mieux le gérer ? Voici quelques pistes pour vous aider au quotidien

PETITE ENTRÉE EN MATIÈRE ET ANECDOTE  PERSONNELLE

Je cohabite depuis plusieurs années avec une candidose chronique et des hypersensibilités alimentaires retardées (intolérances), occasionnant une belle inflammation de bas-grade.  Si je soupçonne ces pathologies d’être présentes depuis mon enfance, en revanche, tout s’est emballé en 2012 et 2013, période durant laquelle mon mal-être professionnel a atteint son paroxysme. Entre collègues et chefs toxiques, j’ai littéralement implosé et mon corps a lâché : douleurs musculaires, articulaires et tendineuses, grosse perte de poids, fatigue chronique, migraines à répétition…. Bref, si avant je n’avais pas saisi le message, là cela devenait clair : mon « intolérance » au boulot s’était transformée en « multi-intolérances  alimentaires » !

J’ai longtemps nié cet impact du stress et de l’équilibre émotionnel dans mes problèmes de santé. Pour moi, ils étaient dans mon ventre et liés à un intestin poreux et puis c’est tout.

Seulement, quand 4 ans plus tard je me suis rendue compte que mes soucis étaient toujours présents et que ma candidose reflambait à chaque nouvelle période de stress, j’ai dû revoir ma copie et accepter de sortir la tête du sable : mes problèmes de santé étaient, que je l’accepte ou non, bien liés à mon incapacité à gérer mes émotions. J’avais beau me persuader que je savais gérer mon stress (pour moi, il était même positif car il me permettait de me dépasser dans mon boulot !), mon corps m’a démontré que c’était loin d’être le cas !

Dans ma patientèle je rencontre aussi chaque semaine des personnes chez qui leurs problèmes digestifs (hypersensibilités alimentaires, candidose, syndrome de l’intestin irritable, constipation chronique,…) sont étroitement liés à une mauvaise gestion des émotions. Je me rends de lus en plus compte que pour trouver le chemin de la guérison, il faut travailler sur nos 2 cerveaux…

COMMENT VOTRE STRESS AFFECTE VOTRE ECOSYSTEME INTESTINAL ?

Je parle souvent d’écosystème intestinal mais peut-être ne savez-vous pas ce que cela signifie exactement ? En fait l’écosystème intestinal représente le triptyque flore intestinale / paroi intestinale /système immunitaire (car 70% de notre système immunitaire se trouve au niveau de l’intestin et interagit constamment avec notre flore digestive). Quand un de ces 3 piliers est touché, c’est tout l’ensemble qui est déséquilibré… Le stress et l’anxiété vont venir agir à plusieurs niveaux :

  1. sucrerie anti-stressQuand on est stressé, anxieux, on a tendance à se ruer sur le sucre. Celui-ci permet de produire plus d’hormone apaisante et leurre notre cerveau dans un sentiment de mieux-être…très ponctuel. Le problème, c’est que ce sucre favorise le développement d’une flore de fermentation et notamment de la levure Candida Albicans.
  2. Quand on subit un stress ou une anxiété chronique, notre organisme active notre système immunitaire en libérant des substances pro-inflammatoires. Notre système se met donc en inflammation dit ‘de bas grade’.
  3. Le stress chronique vient agir au niveau de notre système nerveux et déséquilibre l’ensemble, ce qui ralentit la vidange de l’estomac et le transit au niveau de l’intestin grêle et crée une hypersensibilité viscérale. C’est notamment très fortement ressenti dans le syndrome de l’intestin irritable !
  4. En cas de stress, on a une inflammation localisée de la paroi intestinale. Cela déclenche une augmentation de la porosité et donc le passage de bactéries et toxines qui viennent augmenter l’inflammation du corps, sur-activer le système immunitaire et, comme conséquence de tout cela, créer un déséquilibre au niveau de la flore. C’est aussi la porte ouverte aux hypersensibilités alimentaires (au gluten, lait, œufs,…)
  5. Le stress peut également agir sur nos sécrétions digestives: estomac trop acide ou au contraire pas assez (=reflux, rôts ou l’impression que l’estomac met du temps à se vider), hypersécrétion de bile,…

Donc, pour résumer : un stress/anxiété chronique entraine d’une part un déséquilibre de flore, qui se traduit concrètement par des gaz ou ballonnements, l’apparition de mycoses (dans la bouche, vaginale ou sur la peau), une modification de l’appétit et souvent un engorgement du foie (=>nausées, mauvaise digestion des graisses,…). D’autre part il entraine une modification du transit, soit avec un ralentissement (constipation), soit au contraire des diarrhées (causées par l’inflammation ou la mauvaise digestion des graisses).

Ceci étant dit, vous devez maintenant te demander « OK, mais je fais quoi si je suis stressée ? Est-ce que je dois apprendre et vivre avec ? ». Et bien non ! Nous sommes tous soumis à des situations, des événements stressants. Certains arrivent à mieux le gérer que d’autre….

MES ASTUCES POUR MIEUX GÉRER LE STRESS ET L’ANXIÉTÉ

ÉVITER LES SOURCES DE STRESS, LES PERSONNES ANXIOGÈNES

lacher-priseIl y a quelques semaines, j’ai fait un petit séjour auprès de ma belle-famille, des personnes TRES anxieuses et négatives. Tout était sujet à inquiétudes pour elles. L’atmosphère était chargée de cette inquiétude, de cette anxiété…ça en était étouffant et surtout contagieux ! Les vibrations émises par ce type de personnes sont profondément négatives et impactent l’entourage direct (plus ou moins selon notre sensibilité).  De même, écouter constamment les informations en ce moment est hyper-anxiogène. Les mots utilisés sont souvent très forts (« guerre » « confinement »,…) et résonnent en nous.  Sans vouloir faire l’autruche ou se couper du monde, il est néanmoins vital de garder une distance avec ces messages ou avec des personnes qui transmettent ces énergies négatives. C’est une façon de préserver son énergie vitale, de se protéger.

IDENTIFIER CE SUR QUOI ON PEUT AGIR…ET ACCEPTER DE LÂCHER PRISE SUR LE RESTE

Quand une situation vous stresse, posez-vous la question suivante : est-ce que j’ai le pouvoir d’agir dessus ou non ?

Si oui, alors faites de votre mieux pour régler la situation ou l’améliorer. Au contraire, si vous ne pouvez rien y faire, alors laissez couler. Dites-vous  que s’inquiéter n’apportera rien…si ce n’est attirer ce qu’on a le plus peur de voir arriver (la loi d’attraction, ça vous parle ?). Prenons 2 exemples concrets :

  • Vous êtes stressé(e) par le coconavirus (oui, je trouve que lui donner un petit nom le rend moins inquiétant 😉 ) : est-ce que vous pouvez agir ? Oui, en vous isolant chez vous, en vous lavant les mains dès que vous rentrez et avant de manger. Pour le reste, cela ne dépend plus de vous. Vous avez  fait votre maximum, donc il ne reste qu’à vivre le temps présent en tirant le meilleur de la situation (profiter de ses proches, faire des choses qu’on avait laissé de côté,…).
  • Votre boulot vous stresse à cause d’un chef toxique. Pouvez-vous agir ? Oui. Vous pouvez par exemple rassembler des faits précis et aller lui en parler en face à face (en présentant ces faits et la façon dont VOUS ressentez la situation, parlez bien de vous, pas de « on » ou de « tu ». Restez factuel) ou alors vous en parlez à votre N+2 pour faire changer la situation. Si cela ne fonctionne pas, cherchez un plan B, comme un poste dans une autre équipe ou entreprise. Par contre si tu vous sentez que la situation ne peux être changée, alors trouvez un moyen pour que cela vous atteigne moins : trouver une activité à coté qui vous fasse plaisir et où vous puissiez vous épanouir, pratiquer l’auto-hypnose pour lâcher prise,…

LES METHODES POUR ARRIVER A LÂCHER PRISE

Là, il existe différentes méthodes. Certaines seront efficaces pour les uns mais pas pour les autres. Il va donc falloir essayer celle(s) qui sont le plus efficaces pour vous, celles(s) qui vous parleront le plus.

alimentation anti-stressLa première chose est déjà d’adapter son alimentation pour être sûr d’apporter à votre corps ce dont il a besoin pour résister au stress.  C’est la base.

Ensuite, je recommande souvent à mes patients de commencer par appliquer la respiration en cohérence cardiaque dans son quotidien. C’est simple, rapide et demande juste de la régularité. Vous trouverez plus de détails ici.

Je suis aussi très adepte de la méditation (merci  à l’application Petit bambou de m’y avoir initié !) et du yoga pour arriver à lâcher-prise. Chez certaines personnes, la sophrologie ou l’hypnose fonctionnent très bien, voire mieux. Les huiles essentielles et les fleurs de Bach seront également un bon complément…à condition d’avoir une personne compétente qui vous indique lesquelles sont les plus adaptées pour vous.

Notez que le sport intensif, cardio, va plutôt vous vider de vos émotions négatives et de votre énervement (cela va faire baisser la pression), mais n’agira pas sur le lâcher-prise. Ce ne sera qu’un palliatif (cela dit, cela m’a été utile pendant de nombreuses années !).

 

J’espère que cet article, beaucoup basé sur le partage d’expérience, vous sera utile.  D’ailleurs, est-ce que chez vous aussi le stress affecte votre équilibre digestif ? Si oui, le subissez-vous ou est-ce que vous agissez dessus ?